Bonjour tout le monde ! Après avoir eu un bon coup de déprime la semaine dernière, j'ai fait une bonne vraie virée ce week-end qui m'a réconfortée avec la mer le soleil les oiseaux et tout le tutim. 

Bref, voici l'expédition : Rabat / Tanger vendredi soir : arrivée à 22h. Zonage dans la ville, un peu larguées car la gare est à 2km du centre. Grâce au pouvoir de la baraka, on a été emmenés à notre hôtel par un couple d'Espagnols très sympa. La ville a l'air tentaculaire, immense, avec de vieux bâtiments très beaux et très mal entretenus (pas du tout entretenus). Ambiance coupe-gorge le soir à pieds dans la médina, mais pas d'embrouille notable. C'est marrant comme tout est en creux et en bosses par ici, les bâtiments s'échelonnent à flanc de colline et avec le lever de soleil et la mer, c'est juste complètement beau. Sinon niveau ambiance, c'est un peu comme à Marseille, en plus bordélique selon les endroits. 

Grasse mat' avec Le Chat le samedi, puis décollage pour la mission de la journée : aller dans l'enclave espagnole de la Ceuta ! Comment on y va au fait ? C'est où la gare ? Combien prennent les taxis ? On dort où ce soir? On finit par trouver un taxi blanc (= les grands taxis, qui font des circuits entre les villes et peuvent transporter jusqu'à 7 personnes, chauffeur inclus) qui veut bien nous emmener à Fnideq, la ville marocaine la plus proche de Ceuta, où lui ne peut pas aller directement. Discussion en espagnol avec le chauffeur, très aimable, qui nous fait écouter de la musique typique de Chefchaouen. Il y a à peu près 1h de route entre Tanger et Fnideq, et il faut bien admettre que c'est un coin absolument magique : plages, montagnes verdoyantes. Peu d'altitude mais tout est très valloné et parsemé de maisons, c'est super sympa à regarder. On peut voir les côtes espagnoles depuis certains endroits, et dans la campagne, on croise un bon nombre de candidats à l'immigration... Ils vont avec presque rien et marchent à côté des routes par petits groupes. Beaucoup d'Africains. Je suis surprise par leur nombre en fait, je pensais que ça se passait un peu autrement, mais non ils sont tous là à zoner après je ne sais quoi, leur bouteille d'eau à la main. L'Europe fait vraiment rêver, et je n'ai aucune idée de ce que ces hommes ont pu endurer pour arriver jusque ici et dans quelles conditions. Et de ce qu'il leur reste à endurer, parce que de ce que j'ai entendu du voyage en cale de bateau c'est juste le cauchemar complet. ça me fait froid dans le dos. 

Arrivée à Fnideq en fin d'après-midi. Pas visité la ville, juste bu un thé quelque part (avec une belle attaque de guêpes en prime) et puis nous sommes parties à pieds, car Ceuta a l'air d'être juste à côté. Et en effet, en suivant la plage ça se fait très bien. Du coup, nous avons marché jusqu'à la douane, puis visité quelques hôtels en passant, puis décidé de poursuivre encore pour se rapprocher du centre. On aura fait environ 7km à pieds en suivant la baie, sac sur le dos. Ah l'Europe ! ça m'a pris un bon moment avant de réaliser que : 

- je pouvais me découvrir un peu !

- les femmes en mini-short et joggings moulants avaient parfaitement le droit de se balader comme ça et que j'étais la seule à être choquée (trop l'habitude ><)

- que c'était pas "salam" mais "ola" ^^ 

Et qu'en revanche je ne pouvais plus

- siffler dans la rue ou chantonner (??? Ou du moins c'était tout de suite pas bien vu!)

- traverser la route à la marocaine. J'ai réalisé ça alors que j'étais au beau milieu d'un rond point en train de piétiner du gazon très naturellement et à m'apprêter de traverser une deux-voies devant des flics (dans un virage, histoire de faire ça vraiment bien). C'est quand j'ai vu comment ils nous regardaient et les signes qu'ils nous faisaient que je me suis rappelé l'existence des passages piétons, et qu'ensuite j'ai vu que les feux marchent ici ! C'est fou ! Ah il va être dur le retour en France ! 

 

Je dois bien avouer que le passage à un pays "développé" m'a fait tout drôle. Hôtel propre, pas de cafards, pas de chats errants, pas d'araignées, pas d'odeur de chat, douche chaude, papier toilette, possibilité de boire de l'alcool (ah un bon verre de vin!!! ça m'avait manqué!), rues propres, voitures qui s'arrêtent pour vous laisser passer, policiers, yachts... On voit que les gens ont de l'argent ici; ça se voit jusque sur les infrastructures et sur les animaux: chiens de race, tenus en laisse... Je réalise que je me suis vraiment, vraiment habituée à la friche marocaine et au fait que tout soit négociable ("60€ la chambre? Vous voulez dire avec ou sans négociation? Sans??? ah zut") Bref, on a bien profité de tous les avantages espagnols, et puis on a pu discuter un peu avec les gens dans des bars et c'était bien cool. 

Dimanche, petit tour dans Ceuta, restaurant hors de prix mais délicieux pour manger du PORC avec du VIN, puis taxi jusqu'à la frontière marocaine et re-marche jusqu'à Fnideq. Puis re-taxi jusqu'à Tangers, où on discute mi-espagnol mi-arabe mi-gestes avec des marocains. Dodo dans un hôtel très chouette à côté du Consulat (Pension Gibraltar pour ceux que ça intéresse), avec un tenancier adorable et une super terrasse. Puis retour ce matin en train =) 
Photos pour bientôt ! Bisoux !